Forum des grenadiers de la garde impériale
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rendre les honneurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Chanoine
Admin
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 31
Localisation : Namur (Belgique)
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Rendre les honneurs   Sam 10 Jan - 23:10

Honneurs intérieurs.



En 1813 apparut à Paris la 3ème édition du "Manuel d'Infanterie ou Résumé de tous les Règlemens, Décrets, Usages, Renseignemens, propres à cette Arme. Ouvrage renfermant tout ce que doivent savoir les sous-officiers."

Son auteur était Etienne-Alexandre Bardin (1774-1841). Concernant les honneurs, il ecrit (nº 202, pages 198-201):



Citation :
Honneurs intérieurs.

Il est un autre sort d'honneurs que nous nommerons honneurs intérieurs. Elle consiste dans les témoignages publics d'une politesse hiérarchique, et s'exprime par des salutations d'une forme déterminée. Les belles ordonnances de 1788 n'ont pas manqué de fixer ces utiles détails. Notre règlement de police [du 24 juin 1792], qui a copié le règlement du 1er juillet 1788, a passé sous silence, et n'a remplacé par rien, les règles de la civilité militaire. Voici en substance quelles étoient ces règles:

Si des officiers-généraux ou les officiers supérieurs du régiment passent à portée des sergents, caporaux et soldats, lorsqu'ils sont assis ou arrêtés, ceux-ci doivent, dans le premier cas, se lever, se placer dans la position du port d'armes, les bas-officiers (1) ôtant leur chapeau, les soldats y portant la main; ils doivent dans le second cas se tourner du côté de la personne saluée.

Si les subordonnés sont en marche, et qu'ils passent devant leur chef arrêté, les bas-officiers saluent en ôtant leur chapeau, les caporaux et soldats en y portant la main à plat (1).

Si les subordonnés en marche, sont armés et non en troupe, le bas-officier porte régulièrement l'arme du côté droit; le soldat se place au port d'armes. L'un et l'autre présentent les armes, s'ils sont appelés par un officier général, par le commandant de la place, par un officier supérieur du régiment, ou par le commandant de leur compagnie.

Tout caporaux et soldats en marche, sans armes, saluent les officiers généraux, les officiers supérieurs de leur régiment, et le capitaine de leur compagnie, en s'arrêtant et faisant face, sans porter la main au chapeau. Ils saluent tous les autres grades, en portant, sans s'arrêter, une main à plat sur le côté du chapeau opposé à la personne saluée.

Les bas-officiers (sous-officiers) saluent les officiers généraux, les officiers supérieurs et les capitaines de leur compagnie, en s'arrêtant, ôtant leur chapeau, et le tenant abattu du côté droit, sans inclinaison de tête, ni de corps. Ils saluent de même les autres grades, mais sans s'arrêter (1).

Si un officier général, un officier supérieur ou autre appelle un bas-officier (sous-officier) ou soldat, celui-ci s'avance avec empressement jusqu'à deux ou trois pas de son chef, mettant le chapeau bas (1), s'il est bas-officier; en y portant la main, si c'est un soldat, et restant ainsi jusqu'à ce que l'officier ait cessé de parler.

Si les chefs sont arrêtés et que les subordonnés passent auprès d'eux, les bas-officiers saluent en ôtant le chapeau (1), et les soldats en y portant la main à plat.

Les officiers se saluent entre eux. Le grade supérieur doit toujours rendre exactement le salut au grade inférieur.

Les officiers ôtent leur chapeau aux bas-officiers (sous-officiers) dont ils reçoivent le salut, et y portent la main pour tout soldat.

Lorsque les officiers généraux, officiers supérieurs ou le commandant de la compagnie, entrent dans une chambrée, les soldats se lèvent, se mettent à leur place au pied de leur lit, et mettent la main droite au chapeau jusqu'à ce que leur chef leur fasse le commandement repos. Pour tout autre officier, ils se lèvent sans se déplacer.

(1) Nota: Les sous-officiers étant actuellement coiffés de schakos, ainsi que les soldats, les uns et les autres y porteroient la main, les ongles en l'air, la paume en avant.


Détail d'une gravure de Jügel:
"Parade de la Garde Impériale
dans le Lustgarten à Berlin 1806."

Source: 22e demi-Brigade de Ligne

_________________
Combattus souvent, battus parfois, abattus JAMAIS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rendre les honneurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment rendre une femme heureuse
» rendre compte oralement d'une lecture cursive
» Manger de l’oignon ou de l’ail puis de se rendre à la mosquée
» Comment rendre un cristal conducteur
» rendre un objet magique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1er Bataillon des Grenadiers à pied :: 1er Bataillon :: Organisation-
Sauter vers: