Forum des grenadiers de la garde impériale
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le retour des Cendres le 15 décembre 1840

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
garde impériale

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Le retour des Cendres le 15 décembre 1840   Mar 15 Déc - 13:58

( 15 décembre 1840 La veillée du Retour des Cendres racontée par un brave…

Le 15 décembre 1840, l'Empereur retrouve sa capitale. Il fait un froid glacial mais cela n'a pas empêché cent mille parisiens de se presser sur le parcours du cortège. Le passage qui suit est extrait des “Mémoires” du grognard Jean-Marie Putigny, un brave de la Grande-Armée. Putigny, né le 9 juin 1774 à Saillenard (Saône-et-Loire) s'engagea dès 1792. Il est dans l'armée du Nord, en Vendée, en Italie. Plus tard on le retrouve dans la Grande-Armée. Il sera à Austerlitz, à Auerstaedt, à Eylau, à Wagram. Il connaîtra les plaines glacées de Russie puis la chute de l'Empire.

Son témoignage fut publié par son descendant Bob Putigny une première fois en 1950 (Gallimard) puis en 1980 (Copernic). Moins connus que Bourgogne ou Coignet, ses souvenirs sont ceux d'un homme simple, attachant et bonapartiste sans réserve. Un de ceux pour lesquels le retour du “Petit Caporal” dans sa bonne ville de Paris marquait l'apogée d'une existence vouée toute entière à Napoléon. Notons enfin que Jean-Marie Putigny, Baron d'Empire en 1809, officier de la Légion d'honneur en 1815, s'éteint à Tournus, le 5 mai 1849, 28 ans jour pour jour après la mort de son empereur…

Putigny, venu de Bourgogne, débarque à Paris. Dès le 14 décembre il se rend sur les bords de la Seine afin de rejoindre l'endroit où vient d'arriver le bateau contenant les Cendres de l'Empereur, mais laissons-le parler :
“Je descends de voiture au pont de Neuilly. A deux cents pas de là un petit navire vient d'accoster au quai de la Seine. Il est là, dans son cercueil. Mon émotion est si intense, les sensations, les souvenirs se succèdent à une telle vitesse que j'avance comme un automate, ne voyant rien que cette boîte noire sur le pont du navire: Lui. Mais il me faut attendre longtemps avant de pouvoir m'en approcher et de me retrouver ensuite sur le quai au milieu d'une armée de revenants: visages ridés, silhouettes courbées aux uniformes défraîchis, de tous grades et de toutes armes. Avec hésitation je reconnais quelques camarades et, les regardant mieux, découvre à travers eux ce que je suis maintenant devenu: un vieil homme…

Le jour est tombé depuis longtemps. Les rafales du vent, soufflant le long du fleuve, allongent les flammes des torchères allumées auprès de l'Empereur, et avivent les feux autour desquels nous essayons de nous réchauffer un peu. Nous, les vétérans de la Grande Armée, toussant et grelottant, qui ont voulu Le veiller pendant la première nuit de Son retour en France.
Par une dizaine de degrés sous zéro, malgré les gilets de laine, mes rhumatismes de Russie se réveillent, mes bras et mes épaules sont tordus par le froid. Je ne sens plus mes pieds, ni les doigts de mes mains, les oreilles me font mal. Faute de bois les feux se sont éteints. Je peux me protéger, un peu, de la bise glaciale en me tenant contre l'une des colonnes du seul bâtiment existant sur le quai, une construction de bois surmontée d'un fronton très élevé sous lequel on remise, avant l'aube, une énorme machine: le corbillard impérial. Les heures, les minutes se succèdent interminables… Il finit par faire jour.

A neuf heures, après une salve d'artillerie, les cloches sonnent: les marins du bateau portant le cercueil franchissent la passerelle; l'Empereur est de nouveau parmi nous, sur le sol de France. J'oublie le froid et mes pauvres douleurs… Des larmes roulent sur mes joues, tandis que le cercueil est placé dans le char funèbre et que se forme le cortège. On y avait prévu des places pour tout le monde, pour les officiels, pour l'armée nouvelle, les fonctionnaires, les blancs-becs qui ne L'avaient pas connu, pour leurs pères qui L'avaient trahi ou s'étaient battus contre Lui. Mais personne ne s'était préoccupé de nous, n'avait pensé que ses anciens compagnons, ses fidèles, les Impériaux comme l'on dit encore, viendraient de tous les coins du pays, d'un seul élan, l'accompagner à sa dernière demeure.
Ce ne fut qu'à la suite d'une délégation de maires, de conseillers généraux et d'autres petits civils, que l'on nous autorise à marcher, une dernière fois, derrière notre Empereur.

Après cette nuit sans sommeil, à jeun depuis hier après-midi, il semble qu'il fasse encore plus froid. La montée du pont de Neuilly à l'Etoile est, pour la plupart d'entre nous, un calvaire. J'ai du mal à respirer.

Mes jambes sont de plomb, mes pieds douloureux, mais de toute ma volonté, je les mets l'un devant l'autre en m'appliquant à marcher droit, refusant que l'on me soutienne, malgré qu'à chaque pas je risque de tomber. Sur cette route, si mauvaise, nous trébuchons dans les trous et dans les ornières où le char plusieurs fois s'enlise. Bien qu'il ne neige que très peu et qu'il n'y ait que quelques kilomètres à parcourir, cette marche funèbre me rappelle Austerlitz pour l'effort, et la Russie pour le froid; car je n'ai plus trente ans ! Je suis vieux maintenant et l'Empereur est mort.
“Vive l'Empereur !” ces clameurs répétées jaillissent de la foule immense, entre laquelle nous défilons depuis plus de deux heures. Cette fois-ci je n'en crois pas mes oreilles, mais je sens se gonfler mon cœur puisque, dans celui des Français, l'Empereur est toujours vivant…”

Jean-Marie PUTIGNY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le retour des Cendres le 15 décembre 1840
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour des cendres de l'Aiglon par Georges Poisson
» Campagne du Mexique 1863-1867. Médaille commémorative.
» Journée du 12.10 au Val de la haye et à Rouen
» 15 décembre 1840 : Les Invalides
» 10 décembre 1840, 11h. : Rouen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1er Bataillon des Grenadiers à pied :: 1er Bataillon :: L'Empire au jour le jour-
Sauter vers: